Londres loue le pacte avec Paris contre l’immigration clandestine : les ONG mettent en garde contre encore plus de morts

Le gouvernement britannique salue le pacte comme une étape importante vers la lutte contre l’immigration clandestine. Les critiques disent que le nouvel accord entre la France et la Grande-Bretagne ne fera pas grand-chose pour dissuader les personnes désespérées de traverser la Manche.

Paris veut augmenter de 40% le nombre de policiers déployés sur la côte nord de la France. De plus, une nouvelle technologie de surveillance doit être utilisée. Londres paiera pour cela, 72,2 millions d’euros pour la seule période 2022/23.

Néanmoins, selon la ministre britannique de l’Intérieur, Suella Braverman, pour la première fois, les Français et les Britanniques réalisent de réels gains. « Par exemple, des officiers britanniques envoyés en France en tant qu’observateurs ou travaillant avec des collègues français pour intercepter des migrants illégaux essayant de quitter la France. »

Les organisations de réfugiés, quant à elles, estiment qu’accroître la sécurité n’est pas une solution. En fait, le Royaume-Uni doit consacrer plus de ressources au traitement des demandes d’asile, déclare Clare Moseley de l’ONG Care4Calais.

« Malheureusement, chaque fois que la sécurité est renforcée, tout ce que nous voyons, c’est que les gens prennent encore plus de risques et meurent. Notre objectif devrait être de permettre aux gens de traverser en toute sécurité, de leur fournir des itinéraires sûrs, de demander l’asile et donc de sauver des vies.

On sait qu’il y a de très nombreux vrais réfugiés à Calais. Nous devons faire quelque chose pour les aider et ne pas nous concentrer sur des mesures de sécurité qui ne fonctionnent pas et n’aideront personne. »

A découvrir  Qui joue contre qui à la Coupe du monde au Qatar aujourd'hui ? Le plan de jeu

Le nombre de personnes tentant la dangereuse traversée de la Manche avec l’aide de passeurs a fortement augmenté. Le Royaume-Uni accueille nettement moins de demandeurs d’asile que la France, l’Allemagne et l’Italie. Et c’est précisément ce parcours difficile que le gouvernement conservateur britannique a fait d’une priorité politique.

(Visited 6 times, 1 visits today)