Ode au cerf-volant noir : le documentaire indien « Tout ce qui respire »

L’opportunisme aide à survivre. Si vous n’êtes pas trop exigeant lors du choix de vos aliments, vous mangerez tout ce que vous pourrez trouver. Et a donc la possibilité de se répandre presque partout dans le monde.

Le milan noir fait partie de ces opportunistes (Migrateur cerf-volant). Sauf en Amérique, il se produit presque partout, en Europe, en Afrique, en Asie, en Australie. C’est probablement l’oiseau de proie le plus commun au monde. La population est estimée entre 4 et 5,7 millions.

La plus forte densité de cerfs-volants noirs se trouve probablement à Delhi (c’est là que vit la sous-espèce Govinda, un cerf-volant migrateur). Les scientifiques ont dénombré 15 aires de Milan noir par kilomètre carré dans cette ville de plus d’un million d’habitants.

Pas de coïncidence : Delhi est une table plus que richement dressée pour le charognard. Il trouve des déchets comestibles (charnels) partout dans la ville. Des milliers de cerfs-volants en essaim tournent autour du gigantesque dépotoir de Ghazipur.

De plus, les habitants de Delhi aiment les cerfs-volants, bien qu’ils puissent devenir assez agressifs, surtout pendant la saison de reproduction. Les musulmans de la ville en particulier ont une relation particulière avec les cerfs-volants noirs. Selon une vieille tradition islamique, c’est une bonne action de nourrir régulièrement les milans noirs (et autres animaux).

Les milans noirs acceptent volontiers la nourriture offerte. (Fait intéressant, être nourri par des humains aide aussi le milan royal en Suisse à joindre les deux bouts; cependant, il n’y a pas de motifs religieux derrière cela. Voir mon reportage dans les « hôtesses de l’air »: Ils sont de retour: Pourquoi les milans rouges reconquièrent la Suisse .)

A découvrir  L’Amazonie : un sanctuaire de la biodiversité en danger

Les deux frères Nadeem Shehzad et Muhammad Saud ont également grandi avec cette tradition à Delhi. Désormais, ils consacrent leur vie aux rapaces de la méga-métropole indienne. Depuis 20 ans, ils s’occupent d’oiseaux de proie blessés et malades, dont non seulement des milans noirs, mais aussi des hiboux et des vautours.

Il y avait des rapports répétés sur les deux frères, qui se consacrent aux oiseaux au milieu du chaos de la grande ville. Mais ils ne sont devenus plus largement connus qu’avec un article dans le New York Times. Et depuis, ils sont aussi devenus les personnages principaux d’un film documentaire de Shaunak Sen : « Tout ce qui respire » a déjà remporté plusieurs prix (dont à Cannes). Maintenant, il a également été vu au Festival du film de Zurich (disponible sur HBO à partir de l’année prochaine).

 

Cependant, le film est bien plus qu’un portrait des deux frères – et de leur très sympathique collègue Salik Rehman. « All That Breathes » parvient à tenir la promesse du titre.

Shaunak Sen montre comment la vie des animaux humains et non humains est inextricablement liée à Delhi. Et comment ces vies sont menacées par les catastrophes écologiques de la perte de biodiversité et du changement climatique. De plus, il se faufile dans les tensions ethniques qui explosent violemment en Inde.

Mais pour moi, « All That Breathes » est avant tout une ode au cerf-volant noir. Quand le caméraman Ben Bernhard capture les cerfs-volants volant dans le ciel nuageux de Delhi ou les dépeint en gros plan dans la cage de la clinique vétérinaire : j’ai toujours été impressionné par l’expressivité et la personnalité de ces rapaces.

A découvrir  Ni bête ni sauveur : les ennemis et les amis des loups se disputent avec les mythes

Même si des milliers de cerfs-volants noirs survolent la ville, chaque cerf-volant noir compte pour les deux frères et leurs employés. Aucun effort n’est trop important pour eux pour aider un animal blessé ou malade – même si vous devez traverser une rivière à la nage, même si vous n’êtes en fait pas assez en forme pour le faire, comme le montre l’une des scènes les plus impressionnantes du film.

Les milans noirs veulent être proches des gens car il y a de la nourriture là-bas. Nadeem Shehzad, Muhammad Saud et Salik Rehman s’exposent à cette proximité avec tout ce qu’ils ont.

(Visited 2 times, 1 visits today)