Des étés sportifs aux Portes du Soleil

Située à la frontière franco-suisse, la station de ski des Portes du Soleil a bénéficié de financements européens pour étoffer son offre touristique et valoriser le patrimoine naturel de la région.

Dans les Alpes, 11 communes françaises et suisses développent le tourisme 4 saisons. Avec le trail et le VTT électrique, partez à la conquête des sentiers et des sommets des Portes du Soleil, le plus grand domaine skiable transfrontalier du monde, hors saison de ski.

Le visiteur Florian Legrand s’essaye à ces deux sports proposés entre le printemps et l’automne dans le cadre du « Renouveau d’été aux Portes du Soleil ». Huit communes françaises et trois communes suisses, dont Champéry, participent à ce projet européen. L’objectif est de rapprocher les touristes du patrimoine naturel et culturel et d’attirer un nouveau public. Les vététistes trouveront 600 km de parcours.

« Je ne suis pas du tout habitué aux vélos électriques »dit Florian Legrand. « C’est un sport assez facile. Vous pouvez l’essayer ici, c’est vraiment facile. »

Le projet Interreg en chiffres

Le budget total du projet est de 1,5 million d’euros, dont un peu plus de 600 000 euros ont été levés par la politique européenne de cohésion et les 46,5 % restants par la France et la Suisse. Il y a 12 domaines skiables avec 25 télésièges ouverts pendant la saison estivale.

En plus des itinéraires de VTT, 55 itinéraires de trail transfrontaliers sont disponibles via l’application du projet. Florian Legrand teste le numéro 41 avec deux champions de cette discipline, Gaël Sierre et Aurélien Bovard, au Col du Saix, près de La Chapelle d’Abondance.

A découvrir  Macron rencontre Elon Musk et visite la Nouvelle-Orléans

Découvrir le domaine en dehors de la saison de ski attire de plus en plus de monde.

Le coordinateur du projet Benoît Cloirec donne les premiers chiffres : « Dans le secteur du VTT, nous avons compté 1 700 000 sorties cette année. De plus, plus de 800 000 personnes ont exploré le domaine à pied grâce aux remontées mécaniques.

Les étés s’allongent, selon les riverains. A Champéry, les températures ont grimpé à 29 degrés Celsius cet été. En attendant la neige, le développement du tourisme durable profite aux entrepreneurs des stations de ski, comme pour le restaurateur Jérémie Ollivier :

« Il y a des années incertaines », raconte le gérant de La Croix de Culet. « Nous avons constaté une énorme baisse du nombre de visiteurs à l’époque de Covid. Nous sommes maintenant confrontés à des problèmes d’énergie. Il est important d’étendre l’offre à toutes les saisons. »

(Visited 3 times, 1 visits today)