« Dialogue oui – blocus non ! » La France veut enrôler les travailleurs de la raffinerie

Dans le conflit sur les raffineries de carburant bloquées, le gouvernement français serre les vis. La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé que le personnel d’Esso-ExxonMobil sera rendu obligatoire car une proposition salariale de deux grands syndicats a été acceptée lundi lors de la négociation collective au niveau du groupe.

Les grévistes de TotalEnergies et d’Esso-ExxonMobil ont annoncé lundi qu’ils poursuivraient leurs manifestations. Le ministre de l’Environnement, Christophe Béchu, a déclaré à l’heure des questions au Parlement :

Sommaire du contenu

« Dialogue oui – discussion oui – blocus non ! »

« Le fait que dans l’une de ces deux entreprises les syndicats soient parvenus à un accord majoritaire et que rien n’ait changé, et que dans l’autre la grève continue d’être une forme de pression sur le dialogue social, cette situation est inacceptable pour des millions de Français.

Dans ces conditions, le Premier ministre a demandé au préfet d’engager la procédure qui permettra d’enrôler les personnels qui continuent de bloquer les dépôts de carburant. Dialogue oui – discussion oui – blocus non ! »

Le conflit, qui met le gouvernement français sous une pression croissante, dure depuis trois semaines. Les syndicats exigent une augmentation de salaire de 10% au motif que les compagnies pétrolières ont vu leurs bénéfices augmenter cette année en raison de la crise énergétique. En attendant, la situation des pompes à essence françaises reste critique. Près d’un tiers des stations-service manquent d’au moins un carburant.

About Author

(Visited 2 times, 1 visits today)
A découvrir  Les magasins climatisés en France doivent fermer leurs portes