Meurtre cruel de Lola, 12 ans : les extrémistes de droite « surfent sur la vague »

En France, le meurtre horrible de Lola, 12 ans, a déclenché un débat politique. Cela a été lancé par des extrémistes de droite et des politiciens de droite. L’assassin présumé de la jeune fille est une Algérienne de 24 ans qui semblait souffrir de problèmes de santé mentale. Elle avait transporté le corps de la jeune fille dans une valise pendant des heures.

Sommaire du contenu

Macron reçoit les parents de Lola

Quatre jours après le meurtre, le président Emmanuel Macron a reçu les parents de la victime à l’Elysée. « Il leur a présenté ses condoléances et a exprimé sa solidarité et son soutien dans l’épreuve qu’ils traversent et qui est dévastatrice pour nous tous », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Dans une rare déclaration, Brigitte Macron, l’épouse du président, lors d’une visite dans une école lundi, a qualifié le meurtre de Lola de « drame dégoûtant et insupportable » qui « ne doit plus jamais se reproduire ».

Les politiciens d’extrême droite en particulier s’étaient auparavant plaints que le gouvernement n’avait pas commenté.

Au Parlement, le député conservateur Eric Pauget a blâmé le procureur général pour le meurtre. « L’expulsion des criminels étrangers doit être automatique. Cet enfant a été torturé et violé par un clandestin […] La non-application de ces décisions rend votre ministère responsable de ce drame », a-t-il déclaré à Eric Dupont-Moretti.

Le ministre de la Justice Dupont-Moretti a répondu avec véhémence : « Utiliser le cercueil d’un enfant de 12 ans comme une marche est une honte, Honorable Parlementaire ». Il avait précédemment déclaré que le suspect du meurtre de Lola – qui était entré légalement en France depuis l’Algérie mais n’avait plus de titre de séjour – n’avait dû quitter la France qu’il y a un mois.

A découvrir  Les 10 meilleurs jeux gratuits pour PC à essayer cette année

Les extrémistes de droite veulent participer à une marche commémorative

Jordan Bardella, député européen du parti Rassemblement national (RN) de Le Pen, a tweeté à propos du meurtre, dénonçant « la sauvagerie et l’immigration ». Bardella a annoncé qu’il assisterait jeudi soir à une cérémonie d’hommage à la victime devant la mairie du 19e arrondissement de Paris avec « une délégation de députés » du parti RN.

L’ancien candidat d’extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour a également annoncé sa participation. Il avait qualifié le meurtre de Lola de « francocide ».

Le journaliste de BFM Raphael Grably explique sur Twitter comment le parti Zemmour « Reconquete » « surfe » sur la vague du meurtre de Lola et exploite sur Internet la photo et le nom du jeune de 12 ans assassiné. Le parti recueille – apparemment illégalement – une pétition pour Lola, y compris des adresses e-mail, et utilise des hashtags liés au meurtre pour ses propres campagnes.

La cheffe du parti RN, Marine Le Pen, a déclaré que le pouvoir ne pouvait pas rejeter les critiques dans l’affaire du meurtre de Lola comme une « récupération politique ». Elle écrit sur Twitter : « La France s’est figée de douleur et d’horreur en apprenant le calvaire de la petite Lola. Une fois de plus, le suspect de cet acte barbare n’aurait pas dû se trouver en France. Qu’attendez-vous pour agir pour les faire sortir de le contrôle de l’immigration clandestine sera-t-il enfin stoppé ? »

Jeudi, une soi-disant « marche blanche » était prévue pour Lola, qui a été assassinée près de son appartement vendredi après-midi.

About Author

(Visited 3 times, 1 visits today)