Pourquoi tant de bébés avec le virus RS ? Ce que vous devez savoir sur la bronchiolite et le VRS

En Suisse, les hôpitaux tirent la sonnette d’alarme. « Jamais auparavant autant d’enfants n’avaient été hospitalisés pour des infections à VRS », titrait le Tagesanzeiger. Rien qu’à l’hôpital pour enfants de Zurich, 30 petits enfants sont actuellement traités en hospitalisation, dont beaucoup doivent être ventilés au moins pendant une courte période. Au début de la vague de bronchiolites en Suisse, un enfant a même dû être transporté de Zurich à Genève.

La vague de virus RS sévit également en Allemagne depuis fin octobre.

Comment les parents peuvent-ils savoir que leur bébé est atteint du virus RS, explique le pédiatre et infectiologue Christoph Berger de la SRF : « L’enfant a un rhume, a le nez bouché et tousse. Il ne peut plus boire la quantité habituelle. qu’il a une infection des voies respiratoires avec beaucoup de sécrétion. Ensuite, il est indiqué d’aller chez le pédiatre et il envoie ensuite les parents avec l’enfant à l’hôpital pour enfants si cela est nécessaire et s’ils doivent être hospitalisés . Nous faisons tout ce que nous pouvons, mais il faut de la patience et les hôpitaux sont à leur point de rupture. »

Les symptômes comprennent également ce qu’on appelle une « respiration sifflante ».

Sommaire du contenu

Pourquoi la vague RSV ?

VRS signifie Virus Respiratoire Syncytial. Selon l’Institut Robert Koch, le virus RS est répandu dans le monde entier et l’un des agents pathogènes les plus importants des infections respiratoires chez les nourrissons, en particulier chez les bébés prématurés et les jeunes enfants.

« La pneumonie ou la bronchiolite, une inflammation des petites branches bronchiques, survient souvent avec une infection par le VRS », explique le Dr Tanja Brunnert de Göttingen, porte-parole de l’association professionnelle des pédiatres de Basse-Saxe dans l’Apotheken-Umschau. « Les voies respiratoires inférieures se rétrécissent. Cela peut entraîner des pauses respiratoires dangereuses et un manque d’oxygène pour les enfants. »

A découvrir  Explorons les merveilles de Bali

Comme pour la grippe, les cas sont particulièrement nombreux en automne et en hiver – les symptômes sont également similaires.

L’expert Christoph Berger justifie la vague particulièrement violente de 2022 par le fait que moins de virus ont circulé au cours des deux dernières années en raison des règles corona. Il dit : « Cela est rattrapé dans une certaine mesure parce que ces virus n’ont pas circulé et il y a aussi moins d’immunité contre eux chez les enfants plus âgés. Maintenant, les virus circulent à nouveau librement. Nous n’avons donc pas seulement des bébés, nous ont plus d’enfants plus âgés qui tombent malades. »

Triste bilan en France

En France, les autorités sanitaires n’ont pas enregistré autant d’urgences et d’hospitalisations de jeunes enfants pour bronchiolite depuis plus de 10 ans que cet automne. Récemment, le nombre de bébés malades a légèrement diminué.

Au total, 5 565 enfants de moins de deux ans ont été traités aux urgences pour une bronchiolite dans la semaine du 7 au 13 novembre en France. Plus de 2 000 enfants ont été hospitalisés.

Les employés des hôpitaux pour enfants sont à la limite. C’est pourquoi la France a mis en place un plan d’urgence début novembre. Cette épidémie de bronchiolite frappe les urgences pédiatriques, déjà en crise par manque de personnel.

En France, les bébés souffrant de bronchiolite sont pris en charge par des kinésithérapeutes depuis plus de 20 ans. Certains d’entre eux pensent que les hôpitaux sont désormais pleins car les autorités sanitaires ne voient plus ce traitement comme utile et les médecins ne le prescrivent plus.

Le RKI écrit qu’il n’y a pas de traitement causal efficace pour l’infection par le VRS. La thérapie consiste en un apport hydrique suffisant – et un spray nasal.

A découvrir  Bonjour, États-Unis ! Macron et Biden veulent améliorer les relations tendues lors d'une visite d'État

Espoir pour la vaccination contre le VRS

Début septembre, la société pharmaceutique américaine Pfizer faisait état de succès dans les tests d’un vaccin contre le VRS. Cependant, ce ne sont pas les bébés qui doivent être vaccinés, mais les femmes enceintes.

Dans la NZZ, Christoph Aebi, médecin-chef de la Clinique universitaire de pédiatrie de l’Inselspital de Berne, se plaint que l’entreprise communique ses résultats sans publier les données de l’étude. Aebi explique également que la pédiatrie attend depuis des décennies une vaccination contre le VRS.

D’autres sociétés pharmaceutiques – à savoir, selon NZZ GlaxoSmithKline, Janssen, Bavarian Nordic et Moderna – travaillent sur des vaccins contre le virus RS.

L’allaitement réduit le risque d’infection par le virus RS

Selon une étude de l’American Academy of Pediatrics, les bébés allaités par leur mère pendant plusieurs mois développent moins fréquemment et dans une moindre mesure le VRS. L’allaitement maternel exclusif pendant une période de plus de 4 mois réduirait considérablement le nombre de séjours à l’hôpital et le besoin d’approvisionnement en oxygène. L’allaitement pendant 4 à 6 mois réduit également les visites imprévues chez le médecin et les visites aux urgences. Les nourrissons hospitalisés étaient significativement plus susceptibles d’avoir été allaités pendant ≤ 2 mois ou pas du tout. Le risque de mourir d’une infection par le virus RS est accru chez les bébés qui n’ont été nourris qu’avec du lait en poudre.

Les chercheurs concluent : Il a été démontré que l’allaitement maternel a un effet protecteur sur les nourrissons atteints de bronchiolite à VRS. L’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif pendant au moins 6 mois pour obtenir une protection immunitaire maximale contre les infections virales chez les nourrissons.

About Author

(Visited 4 times, 1 visits today)