« Avez-vous encore de l’essence ? Des grèves font des ravages dans les stations-service françaises

« Avez-vous encore de l’essence ? C’est une question que beaucoup de gens se posent en France en ce moment. « Il n’y a plus d’essence dans notre région, heureusement que j’en ai encore dans le réservoir », raconte un collègue qui habite dans la campagne au nord-est de Lyon. Un autre collègue qui vit dans le centre-ville a obtenu de l’essence à la quatrième station-service après une longue attente. « J’ai rempli le réservoir à moitié », explique-t-elle, « par solidarité ».

En France, six des huit raffineries du pays sont actuellement en grève : quatre des cinq raffineries de TotalEnergies et les deux d’ExxonMobil – les raffineries Total et Lavéra ne sont pas encore bloquées.

Le président Emmanuel Macron a déclaré dans une interview mercredi soir que la normalité reviendrait dans le courant de la semaine.

Sommaire du contenu

Conducteurs frustrés

La correspondante d’Euronews, Anelise Borges, fait face à une énorme file de voitures à Paris. Elle explique : « Ces derniers jours, c’est la scène des stations-service à travers la France. Beaucoup ont dû fermer complètement car les pompes sont vides depuis le début du mouvement de grève. Les automobilistes disent que s’ils trouvent une station-service qui est toujours en activité, ils doivent faire la queue pendant des heures et il y a un plafond sur la quantité de carburant qu’ils peuvent acheter. Cela cause de la frustration et les gens ici en France ont peur de l’impact que cette grève pourrait avoir sur les services essentiels et l’économie.

Un homme à Paris est déjà complètement découragé : « Maintenant je rentre chez moi, j’ai été dans deux stations-service, ils m’ont dit partout qu’ils étaient vides et c’est tout. Je rentre maintenant et je ne sais pas ce qu’il faut faire . »

A découvrir  Les avantages des tours de cou personnalisés pour votre entreprise

Un autre homme est indépendant, mais cela ne résout pas ses problèmes : « L’avantage, c’est que je suis mon propre patron, mais si je ne me lève pas le matin, je ne gagne pas non plus d’argent. comme ça et qu’il n’y a plus d’essence, je dois fermer ma boutique. Quoi qu’il arrive, je n’aurai pas le choix.

Solidarité avec les grévistes – et nouvelles manifestations

Le gouvernement du Premier ministre Elisabeth Borne a commencé à forcer les travailleurs des raffineries bloquées par des grèves à reprendre le travail. Le syndicat communiste CGT écrit que le gouvernement a choisi la voie de la violence – et appelle les salariés d’autres régions à soutenir les grévistes des raffineries.

Anelise Borges explique : « Les travailleurs du secteur disent que le gouvernement sous-estime la crise. Et le mouvement des gilets jaunes a profondément marqué le gouvernement du président français, beaucoup se demandant si des manifestations similaires pourraient ou non revenir. Les syndicats à travers le pays ont appelé à des rassemblements. Cette fin de semaine. »

About Author

(Visited 4 times, 1 visits today)