Ocean Viking : Rome et Paris veulent une solution européenne

L’Italie et la France veulent une solution européenne à la crise migratoire. Depuis la semaine dernière, Rome et Paris se disputent au sujet du navire Ocean Viking, qui a finalement accosté à Toulon et ramené à terre 230 naufragés.

Le gouvernement italien avait auparavant refusé d’attribuer un port au navire. Le ministre italien des affaires étrangères a soulevé la question au Conseil des affaires étrangères.

Le problème migratoire est un problème européen, a expliqué Antonio Tajani. Ce n’est pas un problème entre l’Italie et la France ou l’Italie et l’Allemagne. Il a fait valoir que l’Europe devait faire face au problème au niveau communautaire.

Le nouveau gouvernement italien demande un code de conduite pour les navires des ONG. Avec trois autres pays méditerranéens – la Grèce, Malte et Chypre – Rome a appelé à un « mécanisme de partage des charges efficace, équitable et permanent » au sein de l’UE pour les migrants arrivant par voie maritime.

Les tensions entre Rome et Paris ont commencé à s’apaiser après un coup de fil entre leurs chefs d’Etat : Emmanuel Macron et Sergio Mattarella.

Selon le droit européen et international, chaque navire doit débarquer les personnes qu’il sauve « dans le lieu sûr le plus proche ». Un devoir récemment réaffirmé par la Commission européenne. Mais la non-conformité italienne a provoqué une violente réaction de la France.

Paris condamne une approche unilatérale, inacceptable, non pragmatique, inefficace et injuste du gouvernement italien, a déclaré le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

En conséquence, la France a suspendu sa procédure de relocalisation des demandeurs d’asile débarqués en Italie. Celui-ci est opérationnel depuis juin grâce à un mécanisme volontaire convenu par 18 États membres de l’UE et à des contrôles accrus à la frontière franco-italienne.

A découvrir  Ocean Viking : la France refoule 123 réfugiés

La commission a appelé à un conseil extraordinaire des ministres de l’intérieur pour discuter de la question, mais cela n’est pas actuellement prévu.

(Visited 3 times, 1 visits today)