La France renforce sa force opérationnelle sur les plages de la Manche : « Le chat se mord la queue »

Avec 350 forces supplémentaires et grâce à la surveillance aérienne, la France veut intensifier ses efforts sur les plages de la Manche pour empêcher les passages non autorisés vers la Grande-Bretagne. Les mesures sont également financées par Londres, qui contribue à hauteur de 72,2 millions d’euros.

La ministre de l’Intérieur britannique Suella Braverman et son homologue français Gérald Darmanin ont signé un accord correspondant. Pierre Roques, responsable de l’association Auberge des migrants, qui s’occupe des réfugiés à Calais, a des doutes.

« Les forces de police seront augmentées de 40 %, que va-t-il se passer ? Tout cela ne fait que renforcer le réseau de passeurs et le rend indispensable. C’est empiriquement prouvé depuis des années : plus vous déployez de forces de police sur les plages, plus vous renforcez les réseaux de passeurs. Le chat se mord la queue », explique Roques.

La ville de Calais voit les choses différemment et appelle à un nouvel élargissement de la task force chargée de surveiller une bande côtière de 150 kilomètres. Et ce n’est pas qu’une affaire française.

Philippe Mignonet, adjoint au maire de Calais, explique : « On dit que la plupart des petits bateaux sont amenés d’Allemagne. Peut-être que les services de renseignement allemands, belges et néerlandais et en fait toute l’Europe devraient être impliqués.

Selon les autorités britanniques, 40 000 personnes ont illégalement traversé la Manche depuis la France depuis le début de l’année.

(Visited 3 times, 1 visits today)

A découvrir  Système de combat aérien SCAF : la France, l'Allemagne et l'Espagne sont d'accord