Manifestations et grèves en France : « Heureusement que je n’ai pas d’enfants en bas âge »

Un tollé de nombreuses personnes peut être entendu dans la capitale de la France. Ils se plaignent des prix élevés et expliquent qu’ils n’arrivent plus à joindre les deux bouts. Un correspondant d’Euronews s’est entretenu avec les personnes qui ont répondu à l’appel à descendre dans la rue lancé par le parti de gauche La France Insoumise.

Abdel Kader, qui travaille dans une entreprise de logistique, explique : « Ce que nous devons dépenser chaque jour devient de plus en plus difficile. Même pour la classe moyenne… la plupart des gens n’ont rien après le 5 ou le 10 après le salaire sur le compte ». et je dois laisser le crédit jouer. »

Laurent est indépendant et se plaint de l’inflation des prix alimentaires : « Les prix de l’essentiel : alimentation, fruits, légumes ont fortement augmenté. Hier j’étais au marché, un kilo de raisin pour six ou sept euros. 250 grammes de du beurre pour trois euros. C’est très précis.

Sylvie est au chômage. Elle dit : « Heureusement, je n’ai pas d’enfants en bas âge car je ne pouvais pas les nourrir correctement. Cette situation me fait peur pour les petits et pour les générations à venir. »

Selon la gauche, qui a organisé la manifestation, 140 000 personnes ont participé à la manifestation.

Des affrontements mineurs ont également eu lieu avec les forces de sécurité.

La police et les unités spéciales ont divisé la marche de protestation en deux groupes – du gaz poivré a également été utilisé.

Une dame âgée est contrariée qu’elle et les autres manifestants aient reçu des gaz lacrymogènes.

A découvrir  offensive de charme? Le prince héritier saoudien ben Salmane à l'Elysée

Elle dit : « Nous étions très pacifiques, nous n’avons rien fait et ils ont utilisé des gaz lacrymogènes. Nous ne pouvons pas supporter cela. »

Le gouvernement prétend faire le maximum pour le peuple, mais les manifestants voient les choses différemment et veulent aussi résister au projet de réforme des retraites. Ce mardi, il y a une grève interprofessionnelle – à la SNCF, dans les transports locaux à Paris et dans le secteur public.

About Author

(Visited 10 times, 1 visits today)