Des extrémistes de droite exploitent le meurtre de Lola, 12 ans

En France, des partis d’extrême droite exploitent la mort de Lola, 12 ans, brutalement assassinée à Paris. Quelques centaines de personnes ont pris part à un rassemblement autour de l’ultra-droite Eric Zemmour – dont la nièce de Marine Le Pen, Marion Maréchal. Dans plusieurs autres villes, des extrémistes de droite se sont également rassemblés au nom de la victime du meurtre.

Sommaire du contenu

Les parents de Lola demandent le respect

Pendant ce temps, les parents de Lola, qui se disent très tristes mais ne ressentent pas de haine, ont écrit une lettre demandant le respect avant les funérailles de la fille lundi. Lola – qui avait deux frères – doit être enterrée avec sa famille proche à Fouquereuil, dans le nord de la France, selon la communauté sur son site Internet.

Une nécrologie familiale disait : « Tu étais le soleil de nos vies, tu seras la star de nos nuits.

Interrogé sur Lola lors du sommet de Bruxelles à Bruxelles, le président français a déclaré. « Je pense aux parents, au chagrin de cette famille, incroyablement digne et unie en ce moment (…). Je pense qu’ils ont avant tout besoin du respect de la nation ».

Le corps de Lola a été retrouvé dans une valise près de son appartement parisien le 14 octobre. Le principal suspect est une Algérienne de 24 ans arrivée en France il y a des années en tant qu’étudiante et qui semble souffrir de problèmes de santé mentale. Également accusé du meurtre de Lola, son petit ami de 43 ans, qui l’aurait aidée à transporter la valise contenant le corps. Mais il affirme qu’il ne savait pas ce qu’il y avait dans la valise.

A découvrir  TotalEnergies sous pression : le carburant s'épuise brutalement en France

Les extrémistes de droite utilisent l’affaire du meurtre à leurs fins

Les membres du Rassemblement national de Le Pen ont observé une minute de silence au parlement.

Les extrémistes de droite et les gens de droite soulignent à plusieurs reprises que le principal suspect devrait être expulsé vers l’Algérie. Il existe des campagnes sur Internet dans lesquelles le nom de Lola est utilisé. Et un groupe a projeté l’image de la jeune fille avec le blâme sur un bâtiment du parti de gauche « La France Insoumis » – avec des accusations contre la politique d’immigration laxiste en France.

Dans un entretien accordé à RMC, le candidat d’extrême droite à la présidentielle a affirmé qu’il n’aurait pas organisé le rassemblement si le suspect était français. Et il voit en Lola une victime du « Grand Remplacement », du « Grand Échange ». Selon cette théorie du complot raciste, « l’infiltration étrangère » signifie un désastre.

Le député conservateur Aurélien Pradié déclare à propos de l’affaire Lola : « Nous portons tous ensemble la responsabilité, le pays porte cette responsabilité. Maintenant, nous apportons des solutions, nous prenons les décisions qui s’imposent sur la question des expulsions et nous sommes responsables de la psychiatrie, qui a été dans notre pays pendant des années ne fonctionne pas. »

L’homme politique socialiste Jérôme Guedj répond : « Je suis tout à fait disposé à m’exprimer sur la question de la politique d’immigration, mais si je le fais sous l’impact émotionnel de ce drame, il y a un risque que notre jugement en pâtisse. »

Les journalistes expliquent que les pires tueurs en série et d’enfants de ces dernières années – comme dans le cas de la petite Maëlys – étaient des hommes d’origine française.

A découvrir  Les avantages du coworking pour les travailleurs indépendants en France

About Author

(Visited 2 times, 1 visits today)