Litige diplomatique – que vont devenir les 230 migrants du navire de réfugiés Ocean Viking ?

Après plusieurs semaines en mer, le navire Ocean Viking a accosté au port militaire de Toulon en France avec 230 migrants à son bord. Les passagers ont été examinés et certains d’entre eux ont été transportés à l’hôpital pour y être soignés. Les autres sont restés dans une station balnéaire voisine.

La France avait autorisé l’entrée du navire de sauvetage la veille, après que les sauveteurs et secourus eurent attendu en vain pendant des jours qu’un port en Italie soit assigné. Selon SOS Méditerranée, certains des rescapés étaient sur le navire depuis plus de deux semaines.

La France veut embarquer un tiers des migrants à bord du navire. Selon le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin, l’Allemagne a également accepté d’accueillir un tiers des réfugiés. Il existe des offres d’admission d’autres pays tels que la Croatie, la Bulgarie, la Lituanie, le Luxembourg et la Norvège. Darmanin a salué la solidarité des gouvernements concernés.

Sommaire du contenu

Différend diplomatique entre l’Italie et la France

Selon les responsables du gouvernement français, tout le monde n’a pas automatiquement le droit de résider en France. Eric Jalon, du ministère français de l’Intérieur, a expliqué que « cette mesure s’inscrit dans un cadre légal précis : elle prévoit une sorte de zone d’attente applicable aux étrangers qui entrent dans l’espace Schengen sans remplir les conditions légales d’autorisation ». Les personnes admises dans un zone d’attente ne sont donc pas autorisés à entrer sur le territoire national et doivent donc rester sous le contrôle de la police des frontières sur ce territoire. »

Le navire, qui s’est vu refuser l’entrée en Italie, est au centre d’une querelle diplomatique entre Rome et Paris. La France insiste sur le fait que l’Italie aurait dû accueillir les migrants en vertu des règles actuelles.

A découvrir  Si la France continue de bloquer : le gaz espagnol pourrait arriver en Allemagne via l'Italie

Mais le Premier ministre italien Giorgia Meloni a déclaré que les pays de l’UE, dont la France, ne partageaient pas équitablement l’acceptation des réfugiés.

Le Premier ministre italien Giorgia Meloni a déclaré que « près de 90 000 personnes ont débarqué en Italie depuis le début de l’année. Dans le cadre de l’accord de relocalisation (auquel 13 pays européens ont adhéré), il est prévu qu’environ 8 000 personnes seront relocalisées, soit moins de 10 %. Eh bien, savez-vous combien de personnes ont été relocalisées jusqu’à présent ? 117, et seulement 38 en France. »

« Fin du cauchemar »

L’organisation non gouvernementale SOS Méditerranée s’est félicitée de l’intégration de l’Ocean Viking à Toulon et donc de la « fin du cauchemar ». Cependant, un porte-parole a critiqué les autorités européennes pour avoir tardé à aggraver le calvaire des migrants et a déclaré que cela ne devait pas se reproduire.

About Author

(Visited 10 times, 1 visits today)