La semaine en Europe : crise relationnelle entre Paris et Berlin

Aucun autre pays d’Europe occidentale n’a été autant critiqué que l’Allemagne pour son soutien prétendument insatisfaisant à l’Ukraine.

Sa classe politique était accusée d’avoir été trop proche du Kremlin pendant des années pour protéger les intérêts économiques allemands.

Au cours des derniers mois, cela s’est retourné impitoyablement contre Berlin. Les anciens chanceliers Schröder et Merkel ont fait l’objet de critiques et l’actuel chef de l’État Frank-Walter Steinmeier, ancien ministre des Affaires étrangères, a dû s’excuser publiquement pour les erreurs de la politique russe.

Cette semaine, Steinmeier s’est étonnamment rendu en Ukraine, qui, il y a six mois, avait refusé de le recevoir. Dans la ville septentrionale de Koriukivka, il a ensuite dû se rendre dans un abri anti-aérien après que les sirènes se soient soudainement déclenchées dans la ville. Steinmeier a appris plus que d’autres hommes d’État occidentaux comment la guerre affecte la vie quotidienne en Ukraine.

Dans le même temps, l’Allemagne a également montré son soutien à l’Ukraine à Berlin lorsque le gouvernement, en collaboration avec la Commission européenne, a organisé une conférence sur la reconstruction du pays dévasté. Une tâche gigantesque.

« L’étendue des destructions est inimaginable. La Banque mondiale estime le montant des dégâts à 350 milliards d’euros. Aucun pays ne peut y faire face seul, nous devons donc tous aider », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Et le chancelier fédéral Olaf Scholz a déclaré : « Il ne s’agit de rien d’autre qu’un nouveau plan Marshall pour le XXIe siècle. Une tâche qui doit commencer maintenant. La reconstruction et la modernisation de l’Ukraine est un défi pour des générations qui demandera toute la force de la communauté internationale la communauté l’exige.

A découvrir  13 ans après : procès du crash d'Air France avec 228 morts

Le rôle de l’Allemagne dans la gestion des conséquences de la guerre en Ukraine a, quant à lui, conduit à des relations tendues avec son ami et allié le plus proche : la France. Paris est agacé par le fait que Berlin fait cavalier seul sur la maîtrise des prix de l’énergie, la stratégie de défense et la politique chinoise.

Cette semaine, Emmanuel Macron et Olaf Scholz se sont rencontrés pour un déjeuner organisé à la hâte à Paris après que les consultations gouvernementales initialement prévues ont été reportées à bref délai.

Dire qu’il y a des difficultés de vote entre l’Allemagne et la France est un euphémisme.

La relation est-elle dans une véritable crise ? Avons-nous besoin d’un autre tête-à-tête pour arranger les choses ? Peut-être avec le dîner…

Questions à Ronja Kempin, experte France à la Fondation Science et Politique de Berlin.

Euronews : Le couple franco-allemand rencontre actuellement des problèmes relationnels. Quelle est leur gravité, sont-elles plus graves que par le passé ?

Kempin : C’est difficile à dire. En presque 60 ans d’amitié franco-allemande, il y a toujours eu des hauts et des bas. Ce qui est différent aujourd’hui, c’est que la guerre a changé l’équilibre du couple. Jusqu’à présent, la France a toujours été le centre du pouvoir en matière de sécurité et de défense, l’Allemagne plus le centre économique. Avec la guerre, l’Allemagne tente de devenir un poids lourd militaire en Europe et défie ainsi pratiquement la France. C’est pourquoi les choses sont un peu compliquées en ce moment.

Euronews : Une crise relationnelle peut être ressentie émotionnellement différemment par les partenaires – qui souffre le plus, Paris ou Berlin ?

A découvrir  Pas de pluie en vue - la sécheresse en Europe continue

Kempin : J’aurais tendance à dire Paris, car les Français attendent depuis un certain temps que l’Allemagne rejoigne pleinement le processus d’intégration européenne. Par exemple, Paris attend une réponse allemande au célèbre discours de Macron à la Sorbonne en 2017. Et les Français ont espéré que la nouvelle coalition à Berlin adopterait une approche européenne différente. Mais maintenant, l’Allemagne fait beaucoup de choses par elle-même qui font souffrir la France alors que Paris craint la perte de son allié le plus proche et le plus précieux.

Euronews : Les États ont des intérêts, mais les gens au sommet aussi. Comment décririez-vous l’alchimie entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz ?

Kempin : Les deux se connaissent assez bien de par leurs passages ministériels respectifs dans les gouvernements précédents, il ne faut pas l’oublier. Les deux ont des tempéraments très différents. On a un chancelier allemand toujours très réduit dans ses propos, alors que le président français aime persuader, argumenter, dire beaucoup. Tous deux – je pense que c’est difficile personnellement – ont clairement fait savoir qu’ils voulaient prendre la direction de l’Union européenne.

About Author

(Visited 1 times, 1 visits today)